mardi 2 décembre 2008

Les filles de Riadh


Je viens de terminer "les filles de Riadh" de la saoudienne Raja Abdallah Sane3 , celui qui a fait couler pas mal d'encre en Arabie saoudite et a même été censuré à moment donné

Deux conclusions là dessus , d'abord je m'étonne vraiment que le livre ait été censuré car réellement il n'y a pratiquement rien de sexuel ou de véritablement scandaleux là dedans, des filles normales qui passeraient sans doute totalement inaperçues en Tunisie

La deuxième conclusion est celle qui m'a choquée le plus, le livre était concentré surtout sur certaines contradictions ou non-sens de la société saoudienne, je m'attendais à ce qu'il s'agisse de questions de voile, de travail , de permis de conduire , le divorce devant un tribunal, la polygamie. Et certes ces questions là se trouvaient aussi. Mais en fait ce qui embête le plus les jeunes saoudiennes apparemment ce sont des travers de leur société qui existent aussi dans la société tunisienne:
- les familles qui se mêlent du mariage de leurs enfants, et comment beaucoup d'hommes qui se prennent pour des champions finissent par abdiquer devant la pression familiale
- les couples qui n'arrivent pas à sortir ensemble tant qu'ils ne sont pas fiancés ou qu'il n'ont pas signé le contrat (chose que j'ai vu personnellement dans des villages du sahel et au sud)
- la responsabilité du divorce qui est toujours mise sur la femme et que le fait que les femmes divorcées n'ont quasiment aucune chance de se remarier (sauf avec un vieux) même les hommes divorcés veulent des vierges
- le fait que certains hommes un brin obsédés après avoir couché avec la fille lui reprochent de les avoir laissé faire , et la laissent tomber après
- le fait qu'un mec préfère généralement se marier avec une fille moins cultivée que lui pour se sentir "homme"
- le fait que les citoyens ne donnent plus leur avis personnel mais essaient d'avoir le même avis que la majorité

Enfin tous cela existe dans la société tunisienne et ce n'est pas une minorité (sauf si on compte les menazah comme la majorité de la Tunisie et encore) la seule chose qui nous manquait c'est le voile intégral et on sera l'arabie saoudite bis . Et on peut se poser la question si en parlant de net recul de la liberté sexuelle et la liberté tout court chez nous , nous ne sommes pas en train de nous voiler la face, nous nous moquons des saoudiens mais le fond est finalement peut être le même seule la forme a changé.
La seule chose dont on peut s'enorgueillir c'est que chez nous le mot minorité existe encore chez nous. Le jour où ça n'existera plus...

Texte proposé par Trainspotting sur le forum alternatif

Pour lire la suite et donner votre avis cliquez ici

1 commentaire:

neverwhateverforever a dit…

Cela fait un bon bout de temps que je comptais lire ce livre sans jamais le faire. Maintenant, je crois qu'il serait plus intéressant de lire le livre qui a été écrit en réponse à celui-ci...