lundi 6 octobre 2008

Tunisie & France, des liens, nos sentiments (2)

Je pense que les rapports entre tunisiens et français ne sont pas aussi forts qu'ils ne paraissent. D'après mon expérience, ils ne se connaissent pas tant que ça.
Pour un français moyen, la Tunisie c'est le soleil, c'est une destination de vacances pas chère, c'est Tunis, Hammamet ou Jerba. Quand ils partent en vacances en Tunisie, ils logent dans des hôtels 3 étoiles, ils mangent au resto de l'hôtel une bouffe qui n'a rien de tunisien, ils font le souk où ils sont assailli de gens qui veulent les arnaquer, ils assistent à des spectacles de danses folkloriques et ils mangent un méga couscous brochettes le dernier soir en dansant sur "c'est la danse des canards".
Un français moyen pense qu'en Tunisie on fait aussi le tajine et la pastilla comme au Maroc, il est surpris de savoir qu'en Tunisie on ne fête pas noël (à chaque fois que Noël approche les gens me demandent si je ne vais pas rentrer le fêter en famille).

Pour un tunisien moyen, la France c'est un endroit pour faire du shopping, on arrive avec des valises pleines de bouffe pour dépenser le moins possible et on repart avec pleins de vêtements et cadeaux. La plupart des étudiants tunisiens qui viennent en France sortent entre tunisien et continuent de cuisiner tunisien et repartent sans s'être intéressés à la culture française. Pour les femmes tunisiennes, la cuisine française (makla souri) c'est el makla ezza3ra, quand il n'y a pas de sauce tomate, donc ça peut être des plats de pâtes au poulet avec une sauce au safran ou curcumin (un plat pas du tout typique en France). En général, les tunisiens ne connaissent pas les plats typiques français (choucroutes, cassoulet, pot au feu, blanquette...) et les français connaissent mal les spécialités tunisiennes (ils connaissent mieux les spécialités marocaines et pensent que c'est pareil partout au maghreb).

Bien sur, il y a des exceptions dans les deux cas, il y a des français qui vont dans des familles tunisiennes et qui s'imprègnent de la culture locale, ils voient comment vivent les tunisiens au quotidien. L'inverse est vrai aussi, des tunisiens qui s'intéressent à la culture française. Mais je considère que dans les deux cas il s'agit de minorités.

Il y a des dissymétries dans les rapports tunisiens-français. Par exemple, les tunisiens s'intéressent à la France plus qu'à d'autres pays parce qu'il y a la langue. Par contre, je ne pense pas que les français s'intéressent plus à la Tunisie qu'à d'autres pays.
L'accueil réservé aux tunisiens en France n'est pas le même que trouve un français qui arrive en Tunisie. Un tunisien quelque soit son rang social doit faire la queue pour prendre un visa, ou pour demander une carte de séjour alors qu'un français quelque soit son rang social peut partir en Tunisie muni d'une simple carte d'identité. Cette différence de traitement peut engendrer des rancoeurs de la part des tunisiens envers les français.

Il y a le racisme des français envers les tunisiens, même si on le voit de moins en moins, il puisent ses sources dans les idées coloniales de l'homme occidentale supérieurs aux noirs et africains et il est entretenu par le comportement peu civique de certains immigrés maghrébins.
Il y a le racisme des tunisiens envers les français, notamment en ce qui concerne la religion. A chaque fois qu'il y a un couple mixte, le mari ou la femme tunisien va dans la plupart des cas demander au conjoint français de se convertir à l'islam.

La question est très complexe, ce sont les premiers aspects qui me viennent à l'esprit.

Par Supra

suite de la discussion ici

2 commentaires:

KiffeGrave a dit…

Tout change et la France ne fait plus tellement rêver les tunisiens.

Maintenant les tunisiens préfèrent de loin le Canada, les USA et les pays du golf comme Dubaï

Alaeddine Ben Abdallah a dit…

mais dès qu'ils viennent en Amérique du nord, les tunisiens songent déjà à partir ailleurs, je crois qu'on est atteint du syndrôme de l'exil et moi le premier